Nous aimons le commerce physique. Nous en attendons plus !

Le commerce physique

Le commerce physique – alexandre-godreau – unsplash

Les boutiques, les hypers, les magos, les friperies, les bouclards, les points de vente physiques. Nous les aimons et nous leur voulons du bien, parce qu’ils nous font du bien…bien plus qu’on le croit.

Nous sommes convaincus que le commerce physique a de l’avenir parce qu’il est utile à la société. Il doit s’emparer toujours plus de ses rôles, les assumer, pour se réinventer et se pérenniser. Acteur économique majeur, son rôle sociétal est plus important qu’il n’y paraît.

Le commerce physique est un créateur de lien entre les Humains.

En opposition avec le e-commerce, le point de vente physique provoque des interactions entre les Hommes, et stimule leurs sens. Un sourire, un conseil du commerçant, un échange avec un inconnu à la caisse; ou encore, la rencontre avec un voisin, sont pour certains, les 3 seuls mots échangés dans la journée. Les moments de shopping en famille ou entre amis…Mais aussi l’odeur des croissants, le goût du raisin, l’aspect du poisson sur l’étal, les mannequins en vitrines qui donnent des idées… Combien de stimuli des sens qui n’existent pas, seul sur son canapé avec une tablette…

Ces moments, nous en avons tous besoin, à l’heure de l’urbanisation oppressante, des distances avec ses proches, de l’ultra connexion déshumanisée, de l’isolement des plus anciens, toujours plus nombreux, plus autonomes, plus longtemps. Le commerce fait du bien à ses visiteurs, fait faire plus de pas chaque jour, entretient la civilité, fait reculer l’isolement, améliore la mixité sociale, atténue l’isolement des jeunes urbains et des seniors : il crée de la vie dans la Cité.

Mais il est aussi un employeur important (4 750 000 emplois en France !)

Réparti dans tous les territoires, le commerce crée des emplois là où sont les populations. En tant que répartiteur géographique de richesses, pourvoyeur d’emplois de proximité (moins de déplacements longs pour aller travailler), dans de nombreuses branches d’activité (vente, logistique, entretien, informatique, comptabilité…), il participe toujours au développement économique de ses écosystèmes. Les retombées sont intéressantes pour tous, attirent des populations, créent du dynamisme associatif et culturel et améliorent la qualité de vie des citoyens. Les plus petits villages dépendent souvent d’un commerce pour reprendre vie.

Le commerce physique est formidable mais doit continuer ses efforts !

Doté de tous ces atouts, le commerce physique doit continuer, s’emparer de ses rôles : être plus éco-responsable – les initiatives sont nombreuses- être plus inclusif – accueillir les différences- être meilleur employeur – revalorisation des emplois, formations- et porteur de projets collectifs et citoyens sur les territoires. Certaines enseignes de la distribution s’y investissent depuis longtemps, mais de nombreuses autres gagneraient à se pencher sur leurs rôles, leurs missions sociétales, et nourriraient ainsi leurs marques, tout en assurant des retours pérennes sur investissements.

Sébastien TOURNÉ